Un petit exercice de Multitasking

Photo by rawpixel on Unsplash

Au cours d’une réunion avec 3 personnes il y a quelques jours, l’une d’elle m’indique qu’elle travaille sur 3 sujets en même temps et me demande de manière tout à fait sincère : “C’est pas bien ?”. Vous imaginerez bien que j’ai saisi l’occasion pour marteler à nouveau mon “Stop Starting, Start Finishing” favori mais plutôt que de le répéter, autant le faire expérimenter.

J’ai demandé à un de ses collègues de participer à une petite expérience, ce qu’il accepta vaillamment !

Voici ce que je lui ai proposé ! 🙂

Matériel

  • Feuille / Paperboard
  • Stylo / Feutre
  • Chronomètre

Note : vous reconnaissez ici mon souci du moindre matériel !  😛

Instructions

Ta mission, si tu l’acceptes, va être d’écrire sur 3 colonnes, respectivement :

  • Les 26 lettres de l’alphabet
  • Les nombres de 1 à 26 en chiffre arabe
  • Les nombres de 1 à 26 en chiffre romain

et le tout le plus vite possible bien évidemment !

L’atelier va se dérouler sur 2 tours :

  • Tour 1 : l’écriture se fera en switchant de colonne à chaque élément (en horizontal)
  • Tour 2 : l’écriture se fera par colonne (en vertical)

Déroulé

Tour 1

Le premier tour d’écriture

Le challenge lancé, nous pouvons commencer à observer ce qu’il se passe.

On peut sentir le balbutiement du cerveau à changer de tâche intellectuelle : il y a une légère pause entre chaque écriture ce qui saccade la réalisation.

Arrivé en milieu de course, sans véritable visibilité sur l’objectif, une sensation d’être perdu survient :

“J’en ai encore la moitié à faire ?!”

Note : Au bout de 10 lettres, je me suis dit que l’exercice était suffisamment long pour obtenir le résultat escompté donc j’ai réduit l’instruction à 20 plutôt qu’à 26.

Résultat obtenu

Rien ne vous choque ?

Résultat corrigé

Et là ? 😛

L’exemple est ici flagrant de la perte de cohérence du travail au bout d’un moment lorsque le multitâche dure trop longtemps.

En effet, gardons en tête que l’atelier nous met ici dans une situation de switch extrême ! 😉

Tour 2

Le second tour d’écriture

Sans surprises, le tour se déroule plus sereinement.

Le flux d’écriture est continu jusqu’au moment du switch sur la colonne suivante, la focalisation est présente.

Il n’y a donc que 2 moments de latence dans ce tour contre 59 dans le tour précédent.

Étude des temps

Tour 1 1 minute 55 secondes 115 secondes
Tour 2 1 minute 08 secondes 68 secondes

Nous avons donc une perte de productivité d’environ 40% au tour 1 sous l’effet du switch de tâches.

Pouvez-vous imaginer l’impact de cette pratique sur des tâches créatives complexes lorsque l’on voit le résultat sur des tâches aussi simples que l’écriture de lettres et de chiffres ?

Débriefing

Le débriefing est assez simple car les résultats parlent généralement d’eux-mêmes.

Cependant, je rajouterais quelques éléments supplémentaires :

Sources :

Conclusion

Un petit atelier rapide à effectuer qui généralement fait son effet ! 🙂

Note : vous pouvez bien évidemment changer les différentes activités à votre guise, l’idée étant simplement de faire switcher le participant d’une tâche intellectuelle à une autre.

Stop Starting, Start Finishing

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Olivier MY

Olivier MY

Issu d'un cursus ingénieur, je me suis vite rendu compte que mes appétences et compétences tournaient plus autour de l'humain que de la technique. Je suis alors devenu Coach Agile et Coach Professionnel car j'ai toujours voulu contribuer à rendre le monde meilleur. J'accompagne aujourd'hui des individus, des équipes et des organisations vers une meilleure compréhension d'eux-mêmes afin de bâtir ensemble le futur qui leur correspond.

Commentaires

4 réflexions sur “Un petit exercice de Multitasking”

  1. Super! Y a aussi un bon article sur cette illusion du multitasking dans le magasine Cerveau et Psycho N°100 par Jean-Philippe Lachaux, qui explique qu’on sait observer biologiquement cette impossibilité de faire 2 tâches en même temps.

  2. Merci Olivier pour l’article, toujours des belles opportunités de remise en cause et d’apprentissage tes articles, j’adore.

    Ton atelier me semble intéressant car il permet de prendre consciences des limites du multi tâches. Donc c’est mission accompli. Après, je suis plus prudent sur le débrief. D’un certain point de vue, tu donnes l’impression avec l’atelier que le multi tâches est la raison de l’écart de performance alors que peut être pas tant que ça. En effet, tu demandes dans un premier temps un effort d’apprentissage bien plus important que dans le second cas. Donc, bien sur le multi tâches rend plus difficile la réalisation mais dans le second cas, et par exemple, tu t’appuies sur un comportement ancré et donc l’effort d’apprentissage est bien moindre.
    Exprimé autrement, je serais prudent sur l’amalgame créé entre la notion de multi tâches (les tâches que nous faisons dans notre quotidien) et le caractère multi-tâches du cerveau. Si nous peinons à passer d’une tâche à une autre, c’est pour bien plus de raison que la vitesse de switch du cerveau. J’ai cité le fait que le comportement soit précédemment ancré, je rajoute ici la notion de filtre d’attention.
    Pour les plus curieux, la notion de multitasking en neurosciences est plutôt traité sous le terme d’attention divisée et s’intéresse à des tâches qui ont lieu en même temps (comme conduire en téléphonant). L’illusion est de penser que nous avons pleinement conscience des deux tâches et pour autant, on ne peut pas rejeter l’idée qu’ à la vitesse de notre conscience nous faisons bel et bien les deux deux choses en même temps. Le gendarme sur le bord de la route constatera bien que vous faisiez les deux (allez lui expliquer le switch du cerveau). C’est donc bien d’attention qu’il est question selon moi. Pour creuser encore, il faut avoir conscience que même dans le cas où nous ne faisons qu’une chose à la fois, les “filtres d’attention” pour vulgariser nous empêche d’avoir pleinement conscience de la “réalité” qui nous entoure. Donc et ce sera ma conclusion, le cerveau propose des phénomènes hautement complexes et il est peut être risqué d’isoler une “raison” possible. Il est tentant de faire un lien entre notre vitesse de switch entre deux tâches et la vitesse de switch du cerveau. Pour illustrer, c’est comme restreindre la capacité d’écoulement du traffic sur une autoroute à la capacité d’ouverture des barrières de péage. C’est un facteur limitant certes mais loin d’être le seul et certainement pas le plus impactant.

  3. J’ai adoré votre article.
    Tous les défis que relève au quotidien mon Assistant de projets Taskworld s’y trouve.
    Absolument tous.
    Y :compris le suivi du temps passé par tâches / listes de tâches / projets / collaborateurs.

    J’aimerais connaître vos impressions quant à l’outil : https://taskworld.com/fr/signup/

    Qu’en pensez-vous?

  4. Merci pour l’article Olivier! Cela me donne beaucoup d’inspiration. Une variante pourrait d’ailleurs être de timeboxer chaque tour (avec la durée qu’intentionnellement ne permettrait pas de remplir les 3 colonnes). Au premier tour aucune colonne ne seraient remplie et donc pas de valeur produite, alors qu’au 2ème tour une ou deux colonnes seraient bien terminées et donc il y a bien de la valeur produite à la fin de l’itération. Cela permettrait encore une fois mettre en avant ton principe favori “Stop Starting, Start Finishing” 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Photo by Irina Iriser on Unsplash

L’échec du modèle Spotify

Il y a des articles comme cela qui chamboulent un peu les idées reçues et qui permettent de prendre un peu de recul. C’est le …

LIRE PLUS

Une expérience de facilitation à distance

Dans cette période de confinement où les interactions physiques sont limitées, nous sommes dans l’obligation d’animer nos ateliers à distance à l’aide d’une multitude d’outils. …

LIRE PLUS

Un atelier de clarification de rôle

Transformation Agile petite ou grande échelle, la question des rôles est une problématique assez commune. Pas qu’elle m’apparaisse comme normale, mais souvent car c’est la …

LIRE PLUS

Polarity Management : pour plus d’empathie dans la résolution de problèmes complexes

Trouver des solutions à des problèmes est une activité quotidienne autant dans notre vie professionnelle que personnelle. Il arrive cependant souvent que nous soyons pris …

LIRE PLUS

Une expérience du confinement : constats, réflexions et stratégies

Comme la plupart d’entre-vous, je vis actuellement une période inédite autant du point de vue personnel que professionnel. Il s’avère que je fais encore partie …

LIRE PLUS

L’art de la déconstruction créative : une animation en mode TRIZ

Le mois de Janvier est souvent un prétexte à de nouvelles résolutions, pour ceux qui le font encore. C’est vrai à titre individuel mais également …

LIRE PLUS
Retour haut de page

Confidentialité et cookies : ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez que nous en utilisions. Pour en savoir plus, y compris sur la façon de contrôler les cookies, reportez-vous à ce qui suit : Politique relative aux cookies.

Prenons contact